Satellite image of the Central African Forest. CAFI

French version follows / Vous trouverez la version française plus bas. 

Glasgow, 2 November 2021 – President Félix Tshisekedi of the Democratic Republic of Congo (DRC) and Prime Minister Boris Johnson of the United Kingdom on behalf of the Central African Forest Initiative (CAFI) today endorsed an ambitious 10-year agreement (2021-31) to protect the Congo Basin rainforest – the world's second largest.

 

The agreement will unlock on-the-ground multi-donor investments of US$500 million for the first five years[1].

 

“There is no need to remind anyone here about the strategic role that the Congo basin plays in maintaining the world’s ecological balance and in the development of our societies”, said Président Tshisekedi.

 

All sectors of the DRC economy have joined in this landmark agreement to undertake actions that could change millennial land use practices. These concerted efforts are essential in a country the size of Western Europe with one of the lowest human development indices in the world, and that loses nearly half a million hectares of forest every year.

 

Through this new multi-year partnership, the DRC aims to first cap forest cover loss at its 2014-2018 average[2] and ensure that deforestation continues to decline. The partnership will also promote the regeneration of 8 million hectares of degraded land and forests, and place 30% of national areas under a protection status, including areas where local communities undertake conservation efforts.

 

Lord Goldsmith, UK Minister for Pacific and the Environment declared: “The UK is proud to be signing this ambitious ten-year Letter of Intent with the Central African Forest Initiative alongside the Democratic Republic of the Congo. This is a crucial step forward in our efforts to protect and restore the country’s precious forests, as well as providing sustainable livelihoods and alleviating poverty."

 

Exacerbated by extreme poverty, forest loss in the DRC is mainly due to a growing population lacking livelihood opportunities outside the forest and relying mostly on fuelwood for cooking, all that in the absence of land use planning. Any solution proposed to stem forest loss in the DRC must therefore focus on rural development, poverty reduction, and better food security.

 

CAFI's support of $500 million over the first five years more than doubles the $190 million provided under the first Letter of Intent (2015-2020), whose objectives were delivered through a portfolio of some twenty programmes that supported large-scale reforms in agriculture, land-use planning and land tenure, directed agricultural activities towards some tens of thousands of hectares of savannahs, and improved the livelihoods of hundreds of thousands of people.

 

The announcement at COP26 concludes months of discussions between CAFI donors and DRC Ministers, in which national civil society was fully involved. In a communiqué, Guy Kajemba, National coordinator of the umbrella civil society organization “Groupe de Travail Climat REDD+ Rénové” declared: "We welcome this renewed partnership. It will help us closely monitor commitments taken, including the steps that will lead to a responsible and progressive lifting of the moratorium, the publication of contracts in all sectors linked to the use of land and the commitment taken by President Tshisekedi to cancel all dubious contracts of forest concessions. We are particularly encouraged by the mobilisation of all sectors committed to protect our High Value Forests and peatlands.”

 

TWELVE CONCRETE OBJECTIVES OF THE DRC-CAFI LETTER OF INTENT 2021-2030

  1. High value forests, peatlands and community forest concessions are systematically incorporated into land-use plans, with the aim of maintaining the important role they play.
  2. The proportion of unsustainable wood energy (e.g. charcoal) for cooking is halved in the main urban centers by 2030 (note: 97% of Kinshasa 13 million inhabitants use fuelwood daily for cooking and consume over 17 million tons of wood per year, mainly sourced in an unsustainable manner).
  3. No agro-industrial concessions will be allocated in high value forests and peatlands.
  4. Transparency in natural resources governance is enhanced through the legal review of existing agriculture, logging, mine and oil concessions, the cancellation of illegal ones, as well as the publication of all contracts (linked to the Extractive Industries Transparency Initiative - EITI)
  5. Transparent allocation procedures are followed for agriculture and logging concessions.
  6. Forest governance is improved through stronger control and an ambitious 5 million hectares target of community forestry, doubling the original national target, along with a legal and regulatory framework adopted to protect the rights of indigenous peoples. The signature of the Decree lifting the moratorium will be adopted only after the realization, on the basis of a consultative process, of the geographical programming[3] of future allocations.
  7. In line with the global 30 x 30 commitment, the DRC commits 30% of the country to be under various forms of protection status by 2030 while respecting the right to free prior and informed consent and  ensuring the voice of marginalized communities are heard. This includes areas that communities themselves dedicate to protection through a local-level zoning process they lead.
  8. Eight million hectares of degraded lands and forests will be restored, as per the pledge of the DRC under the Bonn Global Challenge on restoration of degraded and deforested landscapes
  9. The new and innovative tenure law and policy are adopted by end of 2022 and implemented, with the deployment of a decentralised tenure information system that include community-level tenure registries.
  10. New social and environmental standards are defined and adopted to reduce the impact of mining and oil investments on forests and biodiversity, with reinforced measures in high value forests and peatlands. Any activity incompatible with conservation objectives in Protected Areas is banned.
  11. A national population policy that is rights-based, evidence-informed and gender responsive is adopted by 2030 to promote a demographic transition that stimulates economic growth and reaches development objectives.
  12. A model of forest-friendly special economic zone is piloted to support a low-deforestation green economy, and takes into account high value forests, peatlands and land planning processes.

 

 

 

[1] Mobilization of additional funding after 2026 will depend on the availability of funds and independent evaluations of results. This contribution will be supplemented by bilateral support. Funding under the Letter of Intent is part of (and not additional too) the Regional Congo Basin pledge made at COP26.

 

 

[2] The Letter of Intent includes an agreement to revise this cap every two years based on the most recent data

 

 

[3] Targeted land-use planning at the relevant national and/or provincial level identifying priority areas for forest sector development based on ecological, geographic, economic, social and financial criteria and taking into account the climate change. Financial support for this process will be provided entirely by CAFI.

 

 

Accord historique à la COP26 :
500 millions de dollars pour protéger la forêt de la RD Congo

 

Glasgow, 2 novembre 2021 – Glasgow, 2 novembre 2021 : Le président Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo (RDC) et le premier ministre Boris Johnson du Royaume-Uni ont signé une déclaration commune au nom de l'Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) confirmant un ambitieux accord décennal (2021-31) visant à protéger la forêt tropicale du bassin du Congo - la deuxième plus grande forêt du monde.

 

L'accord permettra de débloquer des investissements multi bailleurs sur le terrain totalisant 500 millions de dollars américains au cours des cinq premières années[1].

 

« Avec ses forêts, son eau et ses ressources minérales, la République démocratique du Congo est un véritable pays solution à la crise climatique. Pour protéger notre forêt et promouvoir sa gestion durable, notre priorité, dans le cadre de ce nouveau partenariat, est de renforcer la gouvernance et la transparence dans tous les secteurs d'utilisation des terres. Ce partenariat soutiendra également notre ambition de répondre au double défi de la sécurité alimentaire et du changement climatique par une agriculture durable, principalement dans les savanes, » a déclaré le Président Tshisekedi.

 

Tous les secteurs de l'économie de la RDC se sont associés à cet accord historique pour entreprendre des actions susceptibles de modifier des pratiques d'utilisation des sols datant de plusieurs millénaires. Ces efforts concertés sont essentiels dans un pays de la taille de l'Europe occidentale, dont l'indice de développement humain est l'un des plus bas au monde et qui perd près d'un demi-million d'hectares de forêt chaque année.

 

Grâce à ce nouveau partenariat pluriannuel, la RDC vise d'abord à plafonner la perte de couverture forestière à sa moyenne 2014-2018 [2] et à s'assurer que la déforestation continue de diminuer. Le partenariat favorisera également la régénération de 8 millions d'hectares de terres et de forêts dégradées, et placera 30 pour-cent des zones nationales sous un statut de protection, y compris les zones où les communautés locales entreprennent des efforts pour gérer durablement les forêts.

 

Lord Goldsmith, ministre britannique du Pacifique et de l'environnement, a déclaré : « Le Royaume-Uni est fier de signer aux côtés de la République démocratique du Congo cette ambitieuse lettre d'intention de l'Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale pour dix ans. Il s'agit d'une étape cruciale dans nos efforts pour protéger et restaurer les précieuses forêts du pays, ainsi que pour fournir des moyens de subsistance durables et réduire la pauvreté. »

 

Exacerbée par une extrême pauvreté, la perte de forêts en RDC est principalement due à une population croissante qui n'a pas de moyens de subsistance en dehors de la forêt et qui dépend essentiellement du bois de chauffage pour cuisiner, tout cela en l'absence de planification de l'utilisation des sols. Toute solution proposée pour endiguer la perte de forêts en RDC doit donc se concentrer sur le développement rural, la réduction de la pauvreté et une meilleure sécurité alimentaire.

 

Le soutien de CAFI, qui s'élève à 500 millions de dollars sur les cinq premières années, fait plus que doubler les 190 millions de dollars fournis dans le cadre de la première lettre d'intention (2015-2020), dont les objectifs ont été atteints grâce à un portefeuille de vingt programmes qui ont soutenu des réformes à grande échelle dans les domaines de l'agriculture, de l'aménagement du territoire et du régime foncier, orienté les activités agricoles vers des dizaines de milliers d'hectares de savanes, et amélioré les moyens de subsistance de centaines de milliers de personnes.

 

L'annonce faite à la COP26 conclut des mois de discussions entre les bailleurs de fonds de CAFI et les ministres de la RDC, dans lesquelles la société civile nationale a été pleinement impliquée. Dans un communiqué, Guy Kajemba, coordonnateur national de l'organisation faîtière de la société civile Groupe de Travail Climat REDD+ Rénové a déclaré : « Nous nous félicitons de ce partenariat renouvelé. Il nous aidera à suivre de près les engagements pris, notamment les étapes qui mèneront à une levée responsable et progressive du moratoire, la publication des contrats dans tous les secteurs liés à l'utilisation des sols et l'engagement pris par le Président Tshisekedi d'annuler tous les contrats douteux de concessions forestières. Nous sommes particulièrement encouragés par la mobilisation de tous les secteurs engagés dans la protection de nos forêts de haute valeur et de nos tourbières. »

 

 

LES DOUZE OBJECTIFS CONCRETS DE LA LETTRE D’INTENTION
CAFI-RD CONGO (2021-2031)

  1. Les forêts de haute valeur, les tourbières et les concessions forestières communautaires sont systématiquement intégrées dans les plans d'aménagement du territoire, dans le but de maintenir le rôle important qu'elles jouent.
  2. La proportion de combustible bois non durable (charbon de bois) pour la cuisine est réduite de moitié dans les principaux centres urbains d'ici 2030 (N.B : 97% des 13 millions d'habitants de Kinshasa utilisent quotidiennement du bois de chauffe pour cuisiner et consomment plus de 17 millions de tonnes de bois par an, principalement d'origine non durable).
  3. Aucune concession agro-industrielle ne sera attribuée dans les forêts de haute valeur et les tourbières.
  4. La transparence de la gouvernance des ressources naturelles est renforcée par l'examen juridique des concessions agricoles, forestières, minières et pétrolières existantes, l'annulation des concessions illégales, ainsi que la publication de tous les contrats (en lien avec l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives).
  5. Des procédures d'attribution transparentes sont adoptées pour les concessions agricoles et forestières.
  6. La gouvernance forestière est améliorée grâce à un contrôle renforcé et à un objectif ambitieux de 5 millions d'hectares de foresterie communautaire, doublant l'objectif national initial, ainsi que par l'adoption d'un cadre juridique et réglementaire visant à protéger les droits des peuples autochtones. La signature du décret levant le moratoire ne sera adoptée qu'après la réalisation, sur la base d'un processus consultatif, de la programmation géographique[3] des futures allocations.
  7. Conformément à l'engagement mondial 30 x 30, la RDC s'engage à ce que 30% du pays soit sous diverses formes de statut de protection d'ici 2030, tout en respectant le droit au consentement préalable libre et éclairé et en veillant à ce que la voix des communautés marginalisées soit entendue. Cela inclut les zones que les communautés elles-mêmes consacrent à la protection par le biais d'un processus de zonage qu'elles dirigent au niveau local.
  8. Huit millions d'hectares de terres et de forêts dégradées seront restaurés, conformément à l'engagement pris par la RDC dans le cadre du défi mondial de Bonn sur la restauration des paysages dégradés et déboisés.
  9. La nouvelle loi et la politique innovante en matière de foncière sont adoptées d'ici fin 2022 et mises en œuvre, avec le déploiement d'un système d'information décentralisé qui comprend des registres de tenure au niveau communautaire.
  10. De nouvelles normes sociales et environnementales sont définies et adoptées pour réduire l'impact des investissements miniers et pétroliers sur les forêts et la biodiversité, avec des mesures renforcées dans les forêts de haute valeur et les tourbières. Toute activité incompatible avec les objectifs de conservation dans les zones protégées est interdite.
  11. Adoption d'ici 2030 d'une politique démographique nationale fondée sur les droits, sur des données factuelles et tenant compte de la dimension de genre, afin de promouvoir une transition démographique qui stimule la croissance économique et atteigne les objectifs de développement.
  12. Un modèle de zone économique spéciale favorable aux forêts est piloté pour soutenir une économie verte à faible déforestation, et tient compte des forêts de haute valeur, des tourbières et des processus d'aménagement du territoire.

 

 

[1] La mobilisation de fonds supplémentaires après 2026 dépendra de la disponibilité des fonds et des évaluations indépendantes des résultats. Cette contribution sera complétée par un soutien bilatéral. Le financement prévu par la lettre d'intention fait partie (et n'est pas additionnel) de l'engagement régional pour le Bassin du Congo pris lors de la COP26.

 

 

[2] La lettre d'intention comprend un accord visant à réviser ce plafond tous les deux ans sur la base des données disponibles les plus récentes.

 

 

[3] Une planification ciblée de l'utilisation des sols au niveau national et/ou provincial pertinent, identifiant les zones prioritaires pour le développement du secteur forestier sur la base de critères écologiques, géographiques, économiques, sociaux et financiers et en tenant compte du changement climatique. Le soutien financier de ce processus sera entièrement assuré par le fonds CAFI.

 

*    *    *

Note to editors

 

The DRC forest represents 10% of the world's tropical forests. Its peatlands cover 100,000 km2 and are the largest in the world. Its ecosystem offers a carbon absorption service equivalent to 10 years of global emissions. The many commitments reflected in the new Letter of Intent demonstrate DRC’s high level of resolve to pursue to a low-deforestation green economy.

 

Supported by six European countries[1], the Republic of Korea and the European Union, the Central African Forest Initiative (CAFI) is a United Nations Trust Fund and policy dialogue platform that aims to support six Central African countries[2] in pursuing a low-emission development pathway that ensures economic growth and poverty reduction while protecting the forests and natural resources, on which people depend. CAFI thus combines investments and high-level policy dialogue to help its six partner countries implement the 2015 Paris Agreement on climate change, fight poverty and develop sustainably while being aligned with the post-2020 biodiversity framework.

 

The Central Africa's tropical rainforest is under pressure. While trends and causes vary widely across national contexts, forest loss represents more than 6 million hectares of primary tropical forest since 2001, equivalent to about 6 million rugby fields.

 

Home to more than 10,000 plant and animal species, many of them endemic, the Central African rainforest is an indispensable source of food, energy, shelter and spirituality in countries with some of the lowest human development indexes and the largest number of people in urgent need of food security assistance in the world.

 

The Congo Basin is one of the last regions in the world to absorb more carbon than it emits. Its forest, the second largest in the world, absorbs nearly 1.5 billion tonnes of CO2 out of the atmosphere each year or 4% of global emissions.

 

Website: www.cafi.org Twitter: @CAFISecretariat

 

 

[1] Belgium, France, Germany, the Netherlands, Norway and the United Kingdom. The former and latter have recently joined the pool of CAFI donors.

 

 

[2] Cameroon, Central African Republic, Democratic Republic of Congo, Equatorial Guinea, Gabon, Republic of Congo

 

 

 

 

Note aux rédacteurs

La forêt de la RDC représente 10% des forêts tropicales du monde. Ses tourbières couvrent 100 000 km2 et sont les plus grandes du monde. Son écosystème offre un service d'absorption de carbone équivalent à dix ans d'émissions mondiales. Les nombreux engagements reflétés dans la nouvelle lettre d'intention démontrent le haut niveau de détermination de la RDC à s’engager dans une économie verte à faible déforestation.

Soutenue par des pays européens[1], la République de Corée et l'Union européenne, l'Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) est un fonds fiduciaire des Nations Unies et une plateforme de dialogue politique qui vise à aider six pays d'Afrique centrale[2] à suivre une voie de développement à faibles émissions qui assure la croissance économique et la réduction de la pauvreté tout en protégeant les forêts et les ressources naturelles, dont les populations dépendent. CAFI combine ainsi des investissements et un dialogue politique de haut niveau pour aider ses six pays partenaires à mettre en œuvre l'Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique, à lutter contre la pauvreté et à se développer durablement tout en s'alignant sur le cadre de la biodiversité post-2020.

 

La forêt tropicale humide de l’Afrique centrale est sous pression. Si les tendances et les causes varient largement selon les contextes nationaux, la perte de forêt représente plus de six millions d'hectares de forêt tropicale primaire depuis 2001, soit l'équivalent d'environ six millions de terrains de rugby.

 

Abritant plus de 10 000 espèces végétales et animales, dont beaucoup sont endémiques, la forêt tropicale de l’Afrique centrale est une source indispensable de nourriture, d'énergie, d'abri et de spiritualité dans des pays dont les indices de développement humain sont parmi les plus bas au monde et qui comptent le plus grand nombre de personnes ayant un besoin urgent d'aide en matière de sécurité alimentaire.

 

Le bassin du Congo est l'une des dernières régions du monde à absorber plus de carbone qu'elle n'en émet. Sa forêt, la deuxième plus grande du monde, absorbe chaque année près de 1,5 milliard de tonnes de CO2 de l'atmosphère, soit 4 % des émissions mondiales.

 

Site web : www.cafi.org Twitter : @CAFISecretariat

 

 

[1] L'Allemagne, la Belgique, la France, la Norvège, les Pays-Bas. La Belgique a récemment rejoint le groupe des donateurs du CAFI.

 

 

[2] Cameroun, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République du Congo.

 

 

*    *    *

Media inquiries for CAFI

United Nations Development Programme | Sarah Bel, Communications Specialist
Call +41 79 934 11 17 | Sarah.Bel@undp.org

CAFI | Estelle Fach, Secretariat of Central African Forest Initiative | estelle.fach@undp.org

 

 

UNDP Around the world

You are at UNDP Geneva representation office
Go to UNDP Global